TRIBUNE

Reconfinement strict à Antananarivo : à qui la faute ?

reconfinement antananarivo coronavirus

Avec plus d’une centaine de nouveaux cas par jour et une augmentation du nombre de décès, le reconfinement est inévitable pour Antananarivo et toute la région d’Analamanga. Une décision qui déplait à beaucoup de Tananariviens et j’en fais partie. Alors, à qui la faute ?

 

Un confinement « mora mora »

Antananarivo a été placé sous cloche en mars 2020. L’État a instauré des mesures strictes de confinement. Mais apparament, les règles instaurées n’ont pas été suivies. En effet, à constater les rues d’Antananarivo, les marchés toujours bondés de monde, les bars ouvraient clandestinement… Bref, ce n’était pas réellement du confinement. Et les mesures barrières ont été largement négligées : pas de masque de protection et surtout pas de distanciation sociale.

Et je ne parle même pas de ce qui se passe au cœur de certains bas quartiers de la capitale où chacun vaque à ses occupations quotidiennes, comme si de rien n’était. Pour la plupart des habitants de ces quartiers, le coronavirus est un mythe. Alors, on s’attroupe, « mijorojoro » comme on le dit en malagasy. Les lessiveuses s’occupent de leur linge en groupe. Les files d’attente sur les bornes-fontaines créent aussi des regroupements… La propagation du virus est inévitable. À Antananarivo, coronavirus ou pas, confinement ou pas, la vie est toujours « mora mora ».

 

A lire aussi : Les bienfaits du ravintsara

 

Un déconfinement non contrôlé

Un mois avant la fête de l’indépendance, l’État a annoncé les premières mesures de déconfinement. Les taxi be pouvaient à nouveau travailler, mais sous certaines conditions comme le nombre de places, la désinfection, l’application d’un gel hydroalcoolique pour chaque passager… Les commerces ont pu aussi rouvrir. Idem pour les restaurants et les lieux de culte. L’horaire de travail a été même prolongé jusqu’à 17h.

Mais après la fête de l’indépendance, le virus semble avoir pris du terrain avec plus d’une centaine de nouveaux cas à Antananarivo. On comptait aussi des décès chaque jour.

La raison de cette rapide progression de l’épidémie est simple : trop de relâchement. Les mesures barrières n’ont pas été respectées par la plupart. Rien qu’à constater les gens qui s’agglutinent un peu partout presque sans raison, les taxibe qui n’appliquent plus les gels désinfectants… C’est comme si déconfinement signifie la disparition du virus.

reconfinement antananarivo

Le retour au déconfinement dépend de nous. Respectons les règles sanitaires en vigueur.

 

Les leçons à retenir

Si nous voulons retrouver notre vie d’avant, il faut tout d’abord changer notre mode de vie actuel.

  • Restons chez nous dans la mesure du possible. Ne sortons que pour des motifs impérieux.
  • Evitons toutes formes d’attroupement et respectons la distanciation physique.
  • Portons comme il se doit nos masques de protection.
  • Lavons-nous très régulièrement les mains et/ou utilisons des solutions hydroalcooliques.
  • En cas de symptômes, contactons notre médecin et ne sortons pas de chez nous.

Si ces quelques règles de base sont respectées, le nombre de cas va rapidement baisser et nous sortirons progressivement du confinement.

Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour vous également :

Donnez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *