VIE QUOTIDIENNE

Le burn-out : attention à l’épuisement professionnel

burn-out épuisement professionnel

Les temps sont durs. Même à Madagascar, le pays du mora mora, le quotidien de chacun est un vrai calvaire. On se lève du lit, on se prépare pour aller travailler. Le soir, on rentre fatigué et on a peu de temps pour se détendre ou se retrouver. La routine nous use. Et c’est là le danger. Le burn-out ou l’épuisement professionnel nous menace. C’est un phénomène que peu d’entre nous connaissent. Comment prévenir le burn-out ? Je vous donne quelques conseils.

 

« Ny hanina androany tadiavina androany » : c’est le slogan du malgache lambda. La vie est rythmée par le travail. À force de travailler très dur, les problèmes arrivent. Parmi-eux : le burn-out appelé aussi « épuisement professionnel ».

 

Définition du burn-out

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), le burn-out est un « sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ». Le burn-out est différent de la dépression puisqu’il provient d’un état de stress chronique.

 

Les symptômes du burn-out

Il est facile de détecter les signes avant-coureurs du burn-out :

  • Démotivation professionnelle.
  • Anxiété, cynisme et idées noires.
  • Tendance à s’isoler.
  • Insomnie.
  • Troubles de la mémoire.
  • Fatigue physique persistante
  • Problèmes digestifs…

Si vous présentez quelques-uns de ces symptômes, pensez à prendre un peu de recul pour réfléchir si vous courez vers un burn-out ou un épuisement professionnel.

 

A lire aussi : Mes secrets du bonheur

 

Le stress : le principal coupable

Selon les spécialistes, le stress chronique est le déclencheur le plus important du burn-out. Le stress chronique est causé par une charge de travail très élevée. Mais pas seulement. Le manque de reconnaissance, l’absence d’autonomie et une communication défaillante entre les collaborateurs provoquent aussi à la longue un stress chronique.

Une personne qui n’a pas les nerfs assez solides est plus vulnérable au stress et s’expose plus au burn-out. Quelqu’un qui est perfectionniste avec de lourdes responsabilités en dehors du travail et qui a peu d’estime de soi risque de faire un burn-out. Il doit faire très attention !

 

La forme la plus extrême du burn-out est le Karoshi, un phénomène de grande ampleur au Japon. De plus en plus de salariés font face à une forme de burn-out suraigu qui se manifeste par une mort subite par arrêt cardiaque dû à un épuisement professionnel. Au Japon en effet, certains cadres travaillent plus de 16h par jour et parfois jusqu’à 24 heures d’affilée.

 

Il est temps de changer

« Ny vola tsy handigy mandrakizay ». Les Ntaolo, nos aïeux sont d’une grande sagesse. Certes, la vie n’est pas facile, mais il ne faut pas non plus se tuer. Le burn-out peut en effet détruire une vie en un rien de temps. Ses répercussions sur les différentes facettes de notre vie sont destructrices : dépression, couple, maladies cardiaques… et même suicide.

Il est temps de changer de mode de vie et de fonctionnement. Être attentif à son corps est la première solution pour prévenir le burn-out. En écoutant son corps, on peut détecter les symptômes de l’épuisement professionnel. Aussi, d’autres attitudes sont à adopter : déléguer, dire « non », faire des pauses, se socialiser, parler, sortir… Vous pouvez aussi adopter un chat !

Quand votre corps commence à ne plus vous obéir, il est temps que vous preniez du recul, car c’est un signe qui signifie que vous êtes épuisé.e et si vous persistez, vous courez vers le burn-out. Prenez bien soin de vous !

Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour vous également :

Donnez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *