VIE QUOTIDIENNE

Covid 19 et arrêts des vols internationaux : l’exceptionnalité des jets privés

voyager en jet privé

À l’heure où tous les vols commerciaux internationaux sont annulés à cause du coronarivus et la plupart des aéroports fermés, les compagnies de jets privés arrivent à tirer leur épingle du jeu. En effet, les riches peuvent encore s’offrir des voyages à l’étranger et ne se voient pas imposer les restrictions sanitaires appliquées à la majorité de la population.

 

Les riches peuvent voyager entre les frontières

Quand on est riche, on peut tout se permettre. On a tendance à le dire face à la situation actuelle. Si la majorité d’entre nous sont cloués au sol avec interdiction de sortir du pays, les riches, quant à eux, peuvent se le permettre. Face à la pandémie et aux règles sanitaires, nous ne sommes pas tous égaux. Avec leur moyen, ils peuvent obtenir les autorisations nécessaires pour voyager à l’étranger. Et c’est au grand profit des compagnies de jet privé qui voient leur chiffre d’affaires monter en flèches depuis la crise. Hommes politiques, hommes d’affaires, jet set, influenceurs… n’ont que faire des restrictions liées au coronavirus. Leurs « obligations » leur imposent de voyager à travers plusieurs pays… et ce sans contraintes.

 

Voyager en jet privé : les avantages

Voyager en jet privé réduit grandement les risques de contaminations au covid 19. Même avec le port du masque, sur un vol commercial, on dénombre près de 700 contacts. Sur un vol privé, ce nombre est réduit à 20. Une grande différence qui minimise les risques de contamination donc.

Il y a aussi le tumulte de l’embarquement. Pas de halls bondés, pas de file d’attente, pas – trop – procédures… des avantages pour ceux qui disposent de peu de temps ou qui ont des emplois de temps de ministres.

voyage en jet privé

Les hommes d’affaires sont les premiers clients des compagnies de jets privés.

 

A lire aussi : Les masques du futur

 

Les jets privés : le moyen de transport des riches

Les jets privés ne sont pas à la portée de tous. Ils sont uniquement pour ceux qui en ont les moyens : les riches.

Après le confinement, l’activité économique a redémarré et ce sont les hommes d’affaires qui sont les premiers clients des opérateurs de jets privés. Ils sont en effet obligés de sillonner les 4 coins du monde pour conclure des contrats, pour surveiller des projets, pour faire des négociations de partenariat… Il ne s’agit pas ici de vols intérieurs, mais plutôt de vos long-courriers, qui ont connu un vrai boom après le confinement.

 

jet privé

Il faudrait débourser plus de 94 000 euros pour un vol en jet privé entre Paris et Antananarivo.

Voyager en jet privé : le prix

Les tarifs appliqués par les compagnies de jets privés varient seront plusieurs critères. Le premier à prendre en compte est le type d’appareil. Les jets les plus récents seront plus chers à louer qu’un jet qui a fait déjà des milliers d’heures de vol. Les tarifs des jets privés dépendent aussi du nombre de personnes à embarquer et de la destination. Plus il y aura des passagers et plus l’heure de vol sera longue, plus la facture va être salée.

 

Pour un vol Londres – New York, il faudra la bagatelle de 138 000€ (613 548 000 Ariary). Pour un Paris – Antananarivo, le coût serait à 94 600€, environ 421 500 000 Ariary).

 

Les limites

Même si sortir des frontières est possible pour certains, il faut toutefois noter que si une nouvelle vague du covid 19 apparaît, il est tout à fait évident que même les jets privés seront immobilisés. Comme pour les vols commerciaux, ils seront suspendus. De même, les pays imposeront leurs règles d’entrée à leurs frontières selon l’évolution de la crise sanitaire.

Espérons toutefois que cette situation ne survienne pas et que chacun pourrait enfin voyager librement et que l’économie soit enfin relancée. Espérons aussi sur l’efficacité du vaccin pour que chacun soit immunisé.

Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour vous également :

Donnez votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *